Tope là !

Où l’on fait la connaissance de Madame Cro-Magnon.

Il était une fois des hommes préhistoriques qui peignaient des grottes… mais au fait, pourquoi forcément des hommes ? C’est vrai ça, il y avait bien des femmes préhistoriques, non ? Est-ce qu’elles ne décoraient pas, elles aussi, les parois des cavernes ?

Paroi des chevaux ponctués, grotte du Pech Merle, 23 000-22 000 avant J.C., Cabrerets, photo : Centre de Préhistoire du Pech Merle

Au début des années 2000, Dean Snow, un scientifique, s’intéresse de près aux peintures de la grotte de Peche Merle, en France. Ce n’est pas tellement aux animaux représentés qu’il s’intéresse, mais aux mains qui les entourent…

Il y a 25 000 ans, les artistes posaient leurs mains sur la pierre et soufflaient de la couleur tout autour. De cette façon, la trace de leur main restait sur la paroi. En analysant ces mains de plus près, Dean remarque que l’annulaire (c’est-à-dire le doigt situé juste avant le petit doigt) est très souvent plus petit ou de la même taille que l’index. Est-ce que cette information est importante ? Oui, car cela signifie que ces mains sont très probablement des mains de femmes !

Dans la grotte française, Dean pense que 3 mains sur 4 appartenaient à des femmes. Et comme elles se trouvent juste à côté de peintures, on peut imaginer que ces femmes, qui ont laissé les traces de leurs mains, ont aussi réalisé les représentations d’animaux. Alors, la prochaine fois que quelqu’un vous parlera d’hommes préhistoriques, n’hésitez pas à lui expliquer que les femmes et les hommes préhistoriques étaient de sacrés artistes.